article publié dans les Temps Modernes n° 643-644, juillet 2007

Juin 2006-Juin 2007.En un an d’existence, le nouveau Conseil des droits de l’homme — qui s’est réuni huit fois aux abords du doux et calme lac Léman — a entériné le « langage de haine surgi avec une force sans pareil lors de la Conférence mondiale contre le racisme à Durban, à la veille des attentats du 11 septembre 2001. Mois après mois, la majorité des démocraties et des associations de défense des Droits de l’homme et/ou des ONG antiracistes ont laissé faire l’élaboration de ces nouvelles normes qui consacrent le relativisme culturel, interdisent le blasphème, promeuvent l’antisémitisme et l’oppression des femmes.
Amorcées depuis des années, omniprésentes à Durban, celles-ci gagnent du terrain jour après jour, réunion après réunion, et préfigurent, dès à présent, l’orientation de la prochaine Conférence mondiale de l’ONU contre le racisme en 2009.

suite ONU_2001_2007_Durban_ou_l__ternel_retour