C'est ce qu'affirmait le rapporteur Spécial sur le racisme de l'ONU Doudou Diène dans son rapport présenté à la 4ème session du CDH sous la cote A/HRC/4/19.

Aujourd'hui, au nom de l'antiracisme, le MRAX et le Centre pour l'égalité des Chances de Vervier en Belgique s'opposent à la Commission consultative des femmes. Il faut qu'une interdiction "soit proportionnée" affirme la porte parole de l'association. Il ne faut pas interdire ce qui est marginal, comme par exemple "la lapidation" renchérit-elle.
En suivant cette logique, nous aurions du attendre un nombre important d'incestes, de viols, de meurtres pour que ces crimes soient interdits... Mais dés lors une question se pose. Quelle est la "proportion", la limite qui oblige à réagir ?

BURKA: L'INTERDICTION DE VERVIERS SUSCITE DES CRITIQUES (Belgique)
13/03/2008 - Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme ainsi que le Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie (MRAX) considèrent que le motif avancé pour justifier l'interdiction de la burka à Verviers pose question.

La commission consultative des femmes veut en effet faire interdire le port de la burka, ou plus généralement des voiles couvrant le visage, à Verviers pour éviter les inégalités entre hommes et femmes, selon la Meuse Verviers. "La justification de l'égalité entre hommes et femmes me laisse assez perplexe. Si l'interdiction est faite au nom de l'égalité entre sexes, pourquoi alors ne pas interdire les autres formes de foulard, voire même le foulard en général? Et là on rentre dans un débat assez dangereux. En effet, jusqu'où va-t-on intervenir dans différents domaines, tels que le vestimentaire, au nom de l'égalité homme-femme?", se demande Edouard Delruelle, directeur adjoint du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme.

Même son de cloche du côté du MRAX pour lequel la justification de l'interdiction pose problème. "L'interdiction de la burka pour combattre l'inégalité entre hommes et femmes, ce n'est pas le bon argument. Que va-t-on faire des entreprises qui ne rémunèrent pas les hommes et les femmes à la même hauteur? On va les interdire? Si on veut vraiment se battre pour l'égalité entre hommes et femmes, il y a d'autres priorités, notamment dans la fonction publique communale", indique Redouane Bouhlal, président du MRAX.

"Il faut interdire la burka pour les bons motifs. Si la justification de l'interdiction du port du voile était faite au nom de l'ordre public et de la sécurité, nous l'accepterions sans aucune problème. Une disposition de police prévoit en effet que toute personne doit pouvoir être identifiée, or la burka empêche cela. L'ordre public est un motif objectif que nous soutenons", explique encore le président du MRAX. Les deux associations émettent par ailleurs une autre réserve, celle de l'ampleur du problème. "Ce genre de mesure n'est légitime que s'il y a un réel problème, s'il y a une communauté musulmane radicale importante à Verviers qui porte la burka.

J'ignore toutefois si tel est le cas. S'il s'agit d'un problème potentiel ou résiduel, il s'agit d'une mesure disproportionnée. L'interdiction doit donc être proportionnée pour être légitime", souligne Edouard Delruelle. "Cette interdiction de la burka donne l'impression qu'il y a un gros problème de burka à Verviers, alors que la burka est assez marginale dans la communauté musulmane belge", dit Redouane Bouhlal. "Si demain Verviers décidait d'interdire la lapidation, ça donnerait l'impression qu'il y a quotidiennement des problèmes de lapidation dans la Ville, or ce n'est pas le cas", ajoute-t-il.
© 7 sur 7
http://www.7sur7.be/