Mercredi 2 avril, le numéro 2 d'Al-Quaida, l'Egyptien Ayman al-Zawahri déclarait que son groupe s'en prendrait à Israël et aux juifs dans le monde, et qualifiait l'ONU "d'ennemi de l'Islam".
Quelle merveilleuse fable des temps modernes !


Il était une fois... des pays arabo-musulmans qui, croyant ainsi pouvoir amadouer les terroristes islamistes, avaient troqué leurs dictatures nationalistes laïques pour un front uni totalitaire incarné par l'Organisation de la Conférence Islamique.
Au lendemain du 11 septembre 2001, et à la faveur des réformes de l'ONU, ils n'eurent de cesse de faire pression sur les démocraties d'Europe et d'Amérique du Nord, d'Asie, d'Amérique du Sud et d'Afrique pour placer les valeurs religieuses au dessus des valeurs universelles. Ils furent aidés en cela par la Chine, Cuba et la Russie. Trés vite la diffamation de l'Islam fut considérée comme première violation des droits humains, et l'on redéfinit dans la foulée la liberté d'expression.
Les pays européens firent concession sur concession pour montrer combien ils étaient prêts à promouvoir le dialogue civilisationnel, et favoriser l'union des valeurs divines au détriment des libertés individuelles.
Mais cela ne suffisait pas, outre une Déclaration universelle dépassée car elle n'intégrait pas la Charia, l'ONU avait commis la faute originelle qu'il fallait expier : "la création de l'état d'Israël".

Comment amadouer Al-Qaida se demandait l'Egypte qui regrettait la folie de Saddat qui l'avait payé de sa vie en 1981? Un peu plus de voile ? Un peu plus d'arrestation d'homosexuels ? Un peu plus de censure ?
Non résolument, il faudrait trouver bientôt une raison de sortir Israël de l'ONU ! Peut-être que la conférence de révision de Durban pourrait être l'occasion rêvée. Après tout, l'élection de la Libye à la présidence du Comité préparatoire, et de l'Iran comme vice présidente, n'avait effarouché vraiment que le Canada. Et en dehors des associations juives, une poignée d'intellectuels et quelques féministes, laïques et par nature hystériques, la communauté anti-raciste et des droits humains ne semblait pas tellement s'en inquiéter.

D'ailleurs, ils étaient suffisamment mobilisés à regarder, disséquer, commenter, disserter sur le film Fitna...Raciste ? Pas raciste ?
Le Secrétaire Général de l'Onu, la Haute Commissaire, les rapporteurs spéciaux avaient condamné d'une seul voix dans l'heure qui suivit sa diffusion sur Internet. 
Au sommet de la Ligue arabe, le front uni se divisait sur le Liban.

La Chine se frottait les mains... Elle préparait les jeux du cirque. Les européens respiraient. Au moins en Chine, la sécurité était assurée. Al Qaida ne s'inviterait pas aux cérémonies d'ouverture. Il fallait maintenant convaincre Madame Merkel de ne pas trop s'embarrasser...
Khatami, Zapatero et Erdogan gloussaient : tout ça c'est bon pour notre "Alliance des civilisations" !