Le diplomate Jean-Marie Guéhenno était la gloire française à l'ONU.
Il avait été nommé par Kofi Annan en 2000, secrétaire général adjoint de l'ONU en charge du maintien de la paix, un des postes les plus prestigieux qui administre un budget de 7 milliards de dollars et un personnel de plus de 100 000 personnes réparties dans une vingtaine de missions à travers le monde. Il avait été un des rares responsables à conserver son poste après l'arrivée de Ban Ki Moon en janvier 2007, la France ayant mis cette condition en échange de son vote.
Dernièrement, devant l'échec annoncé au Darfour, le diplomate français évoquait une "humiliation" pour l'ONU.

Mais serait-ce la seule ?
Les scandales liés aux casques bleus ne cessent de sortir pour l'année 2007:
-
abus sexuels, viols, "achat de services sexuels" à Haïti, Côte  d'Ivoire , complicité dans certaines affaires de trafic de drogue ou de migrants voir de traite de personnes,
- graffitis dans des sites préhistoriques du Sahara Occidental
- et aujourd'hui vente d'armes à des rebelles en République Démocratique du Congo en échange de minéraux précieux

Finalement Jean-Marie Guéhenno a sans doute raison de ne pas vouloir se représenter à ce poste en juin 2008.

Et le Quai d'Orsay, qu'en pense-t-il ?
De toute façon la France a tant de lobbying à faire pour demeurer au Conseil des Droits de l'Homme et pour ne pas perdre son siège dans la réforme du Conseil de Sécurité ! Préparer les célébrations du 60ème anniversaire de la Déclaration Universelle, maintenir le silence autour du sort de (l'ex) rapporteure spéciale sur la traite Sigma Huda, toujours en prison au Bengladesh, faire oublier le Tibet et ouvrir le marché chinois, préparer le  Sommet Euro Méditerranée et la présidence de l'Union Européenne....