coupe_du_monde_2006A l'occasion de la coupe du monde de football en Allemagne en 2006, la Coalition contre la traite des femmes (CATW) lançait une campagne de signature intitulée "ACHETER DU SEXE N'EST PAS UN SPORT", que j'avais l'honneur de coordonner au niveau international. Par ailleurs, je publiais un article pour l'ouvrage collectif "Football sociologie de la haine", sous la direction de Camille Dal et Ronan David. 

Cette campagne a eu un tel succés que les médias du monde entier, des dizaines d'associations et tous les partis politiques démocrates français se joignirent pour dénoncer l'organisation de la prostitution à l'occasion de la coupe du monde de football. En France, l'Association
Femmes Solidaires interpela directement la star du foot français page_7Zinedine Zidane.
Le Ministre des sport Jean-François Lamour s'engagea même avec un clip
"Ne soyons pas complices"....
Annie Fortems, pionnière du Football féminin en France, s'engagea à nos côtés avec détermination.
Depuis, on a largement continué de gloser sur le lien entre foot et racisme, et tous s'emballent contre la bannière "ch'tiophobe".

De la campagne de 2006, la Suisse n'a rien retenue, ou plutôt, fidèle à son esprit de recyclage du féminisme , la voilà qui
légitime la mise sur le marché du corps des femmes par le biais de campagnes de prévention tout à fait nauséabondes. Quant à l'atmosphère dans les villes autrichiennes et suisses, le mauvais goût est toujours à l'honneur. Un ballon rond monumental surplombe le jet d'eau du lac Léman. Et en Autriche et en Suisse, la bière coule à flot.

La journaliste Claudine Legardinier, qui publia en 2006 un excellent ouvrage "les clients de la prostitution l'enquête" (Presses de la Renaissance) se penche sur ces nouveaux détournements qui au nom de la responsabilisation des clients, entérine le principe d'achat du corps et du sexe des femmes.

* Images tirées du dossier du magazine Norvegien féminin KK, juin 2006