Aprés sa décision de poursuite contre le Président Soudanais El Bachir, (qui semble désavouée par la communauté internationale), le procureur de la Cour pénale internationale Luis Moreno Ocamp a lancé un appel pour renforcer les actions visant à arrêter Joseph Kony, chef du groupe des rebels ougandais, aprés une récente attaque contre des civils en RDC. Encore une violation totalement ignorée au CDH.

RDC : LE PROCUREUR DE LA CPI APPELLE À L';ARRESTATION DU CHEF DE LA LRA, JOSEPH KONY
New York, Oct  6 2008 12:00PM
Le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno Ocampo, a appelé lundi à une reprise des efforts visant à aboutir à l';arrestation de Joseph Kony, le chef du groupe de rebelles ougandais de l';Armée de résistance du Seigneur (Lord';s Resistance Army, LRA), après une nouvelle attaque contre des civils en République démocratique du Congo (RDC).
Selon certaines sources, la LRA a mené une attaque le 17 septembre 2008 contre des villages du district du Haut Uélé de la RDC (Territoire de Dungu). Pour chacune de ces attaques, le mode opératoire est semblable : les marchés sont encerclés et pillés, les élèves enlevés dans les écoles, les maisons brûlées et des dizaines de civils tués, dont plusieurs chefs locaux. À ce jour, des dizaines de milliers de personnes ont été déplacées, rappelle un
communiqué de la CPI.
Des informations recueillies par le Bureau du Procureur de la CPI indiquent qu'à la fin de 2007, M. Kony a donné des ordres pour enlever 1.000 personnes dans le but d'élargir les rangs de la LRA. « M. Kony met aujourd'hui son plan à exécution », affirme le communiqué.
En 2005, la CPI a délivré des mandats d'arrêt à l'encontre des principaux chefs de la LRA, Joseph Kony, Okot Odhiambo et Dominic Ongwen.
« Comme il l'a fait à maintes reprises par le passé, M. Kony profite des pourparlers de paix pour gagner du temps et chercher du soutien, de manière à se réarmer et à lancer de nouvelles attaques. Le prix que doivent maintenant payer les civils est élevé. Les criminels sont toujours en liberté et continuent de commettre des crimes en menaçant l'ensemble de la région. Cela fait bien longtemps qu';ils auraient dû être arrêtés », insiste le Procureur de la CPI.
« Une fois encore, le Bureau du Procureur demande instamment à tous les intervenants, en ce comprises les organisations régionales et internationales, d';appuyer la République démocratique du Congo et l'Ouganda et de collaborer avec ces pays en vue de planifier et d';exécuter les arrestations », selon le communiqué.
Le Bureau du Procureur salue toutes celles et tous ceux qui, répondant à ses demandes, ont cessé d';apporter un soutien financier ou autres aux criminels visés par les mandats.