La cheffe de la diplomatie Suisse, Micheline Calmy Rey avait soulevé l'indignation de nombreux commentateurs, lorsqu'elle se rendit à Téhéran voilée pour signer un contrat gazier en mars 2008, aprés qu'elle eut cédé aux pressions de la Libye lors de l'arrestation d'Hannibal Khadafi suite à la plainte de ses domestiques pour maltraitance. Dans la foulée,  elle avait envisagé ensuite la possibilité de dialoguer avec Ben Laden.

Dans son édition du 9 octobre, Le Monde rapportait que le Ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner se disait lui aussi prêt à dialoguer avec les Talibans.

Le Dialogue est décidemment de plus en plus à la mode et quand on y rajoute les termes "interculturel" ou "civilisationnel", il semble soudain se transformer en talisman capable de prévenir l'apocalypse nucléaire et le terrorisme.

Lors de la conférence initiée par l'ancien président iranien Khatami sur  "la religion dans le monde moderne" , où se pressaient de nombreux anciens dirigeants politiques occidentaux (dont l'ancien Premier Ministre Lionel Jospin), il n'a pas été une seule fois question du programme nucléaire iranien, mais on a pu entendre à nouveau la rengaine sur les stéréotypes et la stigmatisation des religions (en particulier de l'Islam) comme cause de la montée de la violence mondiale.

En marge des gesticulations diplomatiques extérieures à l’enceinte des Nations Unies, se tenait les 8 et 9 octobre 2008, dans le cadre de la sixième commission de l’Assemblée Générale, une réunion chargée d’étudier les stratégies de luttes contre le terrorisme, et notamment l’aboutissement d’une Convention internationale contre le terrorisme qui n’avait pu être achevée en 2005, faute de Consensus.

Les termes du débat depuis 2005 n’ont guère changé.
En revanche le rapport de force semble définitivement renversé. Plus offensifs que jamais, le Mouvement des Non Alignés [(NAM) qui compte 118 pays sur les 192 de l’ONU], l’Organisation de la Conférence Islamique [(OCI) 57 pays], le groupe africain [53 pays], et de nombreux pays individuellement dont l’Algérie, l’Iran, la Libye, la Malaisie, le Qatar, le l’Egypte, le Yemen …. ont demandé que la Convention fournisse
une définition qui établisse une distinction claire entre les actes de terrorisme régis par la convention et les moyens utilisés (quel qu’ils soient) dans la lutte légitime des peuples exerçant leur droit à l’autodétermination ou s’élevant contre une occupation étrangère.

L’Inde, se référant sans doute au conflit au Kashmir - a demandé des précisions sur ce que l’on entendait par « droit des peuples à l’autodétermination ».

Quant à la France, (au nom de la Croatie, de l’ancienne République yougoslave de Macédoine, de l’Albanie, de la Bosnie Herzégovine, de l’Islande, du Monténégro et Serbie, de l’Ukraine, de la Moldavie et de l’Arménie et de la Turquie) n’a pas évoqué la distinction proposée dans la définition.

Il faut dire que l’Albanie et la Turquie sont membres de l’OCI et que cela aurait pu les placer en porte à faux vis à vis de leur organisation de tutelle. A moins qu’il ne s’agisse d’un retrait au regard de négociations qui se déroulent dans d’autres contextes.
Aussi la France a mis principalement en avant la nécessité du renforcement « du dialogue et de la compréhension mutuelle entre les cultures », s’est félicitée de la « fondation de l’Union pour la Méditerranée » et a salué les initiatives telles que l’Alliance des civilisations, le Dialogue interconfessionnel et les travaux de l’UNESCO en la matière.

Dans ce contexte, il y a fort à craindre que la définition du terrorisme et que les droits des femmes soient sacrifiés sur l’autel du dialogue dans la prévention des conflits.

D’ailleurs, l’Arabie Saoudite, pays d’apartheid sexuel, se propose de créer à Riyad un centre international de lutte contre le terrorisme sous l’égide des Nations Unies. Et l’Egypte a proposé la convocation d’urgence d’une conférence de haut niveau liée au projet de Convention générale contre le terrorisme.
Ces deux pays qui semblent à présent  prendre le rôle de tête de file dans la lutte antiterroriste ne sont pas, loin s'en faut, les champions des droits humains et des droits des femmes en particulier.