Dans le journal estudiantin écossais "The journal", Richard Falk, expert falk_2indépendant sur les territoires palestiniens occupés, dans un article intitulé "9/11: More than meets the eye", renouvelle les doutes qu'il avait déjà émis naguère sur l'origine des attentats du 11 septembre, et regrette qu'une discussion sur la véracité des événements n'ait pas accompagné la campagne présidentielle américaine.

En sus de sa fonction de Rapporteur spécial sur les territoires palestiniens occupés, Richard Falk a également été nommé en octobre Conseiller du Président de l'Assemblée Générale Miguel d'Esctoto Brockman aux côtés d'une quinzaine d'autres conseillers.

Ses positions douteuses sur l'origine du 11 septembre, ainsi que ses amalgames entre le sort des palestiniens et la Shoah (dans différents articles précédant sa nomination), n'ont semble-t-il jamais dérangé la diplomatie française. Non seulement elle a voté pour son élection au poste de Rapporteur Spécial au CDH sans prononcer quelque réserve que ce soit, mais lors d'un débat récent à la 3ème Commission de l'Assemblée Générale, la France a demandé instamment (au nom de l'UE) à Israël, de collaborer avec lui.