Après le retrait des USA le 27 février, qui ont considéré le texte de Durban 2 "insauvable", suivis par l'Italie le 5 mars, la France continue d'affirmer que la négociation peut encore sauver le processus,que les lignes rouges n'ont toujours pas été franchies et que l'on peut parvenir à un consensus honorable.
Ceux qui suivent depuis deux ans les négociations et l'édifice qui se structure au sein des Nations Unies, ont pu observer que les lignes rouges ont été largement franchies.
Je reviendrai bientôt plus en profondeur sur tout cela prochainement.
Il est à noter qu'en France, les prises de position en faveur du retrait se multiplient. On trouve sur cette ligne des intellectuels tels que Fodé Sylla dans son intervention le 1er mars au colloque organisé par Africa International et l'IFIE, Bernard Henri Levy ou Pascal Bruckner, des personnalités politiques tels que Bertrand Delanoé ou Claude Goasguen, ainsi que des organisations telles que la Ligue du droit international des femmes ,le Grand Orient et la LICRA.
D'autres continuent de croire visiblement en la diplomatie de façade qui se joue à Genève.  Tout en s'inquiétant des perspectives de cette conférence, ils soutiennent la position de Nicolas Sarkozy qui prétend que l'on parviendra en étant présent à faire évoluer le texte et parvenir à un compromis.
On trouve parmi ceux qui soutiennent la politique de la France, le CRIF, ainsi que la journaliste Caroline Fourest.
Tous deux semblent visiblement ignorer la manière dont se mènent au quotidien depuis sept ans les négociations à l'ONU et l'évolution des normes.
Ils perpétuent l'idée fausse qu'en 2001 le texte de la conférence aurait été sauvé par la présence des européens et que seul le Forum des ONG aurait donné lieu à des dérives.
Il est évident que les motivations de la France à rester, qui continue de clamer que les lignes rouges n'ont toujours pas été franchies, a peu à voir avec le combat antiraciste et contre les discriminations.
Pour la conférence organisée par Africa International et l'IFIE où j'intervenais sur l'état des négociations, j'avais préparé deux rapports. Le premier date de début février avant que les Etats Unis entrent dans le processus de négociation. Rapport_Durban_Malka_MarcovichMarcovich_02_2009
L'autre plus court a été rédigé aprés que les USA aient commencé à participer, mais avant leur retrait rapport_f_vrier_court
Ces rapport permettent de comprendre les mythes qui se sont structurés depuis Durban 1, la réalité de la Déclaration et du Programme d'Action, la structuration idéologique depuis, et ce qui sera entériné à Durban 2.