Ann Pak,

Le peuple iranien, qui en avait assez de l’oppression et de la dictature du régime islamique, allait boycotter les élections présidentielles de 2009.

Le régime, dans une manœuvre et un calcul tout à fait machiavéliques pour faire miroiter un semblant de démocratie, organisa des faces à faces télévisés, et permit aux jeunes et aux femmes de descendre dans la rue, chose impossible jusqu’à présent dans la république islamique qui interdit tout rassemblement, voire toute rencontre, à partir de 22 heures.
Ainsi le régime laissa un espace. Les femmes et les jeunes en ont profité pour  occuper les rues et commencer à s’investir dans les élections avec un fil conducteur « tout sauf Ahmadi néjad ».
Les correspondants et les journalistes étrangers furent même autorisés à filmer ou à photographier. Les partisans de Moussavi, en plein dans leur campagne électorale, descendirent massivement dans les rues en arborant les différents signes de couleur verte, couleur de
la République Islamique, qui devint ainsi dominante même si elle ne reflète pas l’adhésion unanime.

Quels que soient les résultats des élections, ceux-ci ne sont qu’une mascarade. Pour deux raisons. D’un côté , ne peut être candidat que celui choisi par le « conseil-gardien constitutionnel » ; de l’autre, Khameny, « guide suprême », «  représentant de la volonté divine sur terre », désigné par ce même conseil, peut annuler ou décider ce qu’il veut, faisant abstraction de la volonté du peuple. 

Dans ce jeu, les iraniens,  voulant faire barrage à Ahmadi néjad, ont voté massivement. Le jour des élections, Moussavi, le candidat adversaire d’Ahmadi néjad, a gagné avec presque 20 millions de votes. Mais la volonté du guide penche vers Ahamadi néjad. 
« Ce trucage, trop gros », fit déborder le vase !!
 

Ce à quoi le régime ne s’attendait pas, c’était l’immense colère, trop longtemps contenue, du peuple. C’est ainsi que le régime de Téhéran tomba dans son propre piège.
Il avait permis aux jeunes de sortir de l’ombre pour se donner une légitimité internationale. Seulement les manifestants, malgré les répressions, les menaces téléphoniques, arrestations, massacres…continuent à exprimer leur révolte contre cette violence acharnée.
 

Actuellement, tous les dirigeants du régime, et Moussavi avec, appellent à l’arrêt des manifestations et décrètent des journées de « deuil » et de « prière » !

Il faut sauver le régime islamique.
A cela s’ajoutent les intimidations, les appels téléphonique : un message préenregistré qui dit que l’on « vous a vu dans les  manifestations. Si vous y participez encore vous allez être arrêté. »
En ce moment les moyens d’informations sont coupés : pas de SMS, pas d’internet….

Et les manifestations continuent, et elles gagnent, en plus de la capitale, les autres grandes villes. Les femmes, les jeunes, les étudiants clament :  « A mort la dictature, Ahamadi néjad, l’ennemi de l’Iran ».

Ils revendiquent un espace de vie, un espace de liberté.

En France, comme partout en Europe, les iraniennes et les iraniens manifestent. Dans ces manifestations, sont mélangés deux courants : ceux qui soutiennent Moussavi et ceux qui revendiquent un changement, une république démocratique et laïque et soutiennent les mêmes slogans que les dissidents de l’intérieur.

Les jeux électoraux, la querelle entre Ahmad inéda et Moussavi ne sont que des prétextes de lutte pour les iraniens. Le peuple iranien ne supporte plus le despotisme religieux.