imagesLa rapporteure spéciale de l'ONU sur la traite, en particulier des femmes et des enfants  Sigma Huda s'est vue refuser sa demande de liberté sous caution. Malgré son état de santé qui empire chaque jour, la Haute cour du Bengladesh, instituée depuis le coup d'Etat militaire en janvier 2007, a indiqué que la liberté sous caution ne pouvait être accordée que pour des peines ne dépassant pas 90 jours.
Nous apprenons par ailleurs que Sigma Huda ne reçoit toujours pas le traitement médical dont elle a besoin et que ses conditions de détention demeurent inhumaines.

Pendant ce temps, le Conseil des Droits de l'Homme ouvrait sa 7ème session le 3 mars et inscrivait la rapporteure spéciale dans son ordre du jour.
Le 4 mars, l'Organisation de la Conférence Islamique et le Mouvement des Non alignés, demandaient le changement de l'agenda pour que le Conseil discute en priorité le 6 mars, du point de l'ordre du jour consacré à la situation dans les territoires palestiniens.
Pareil changement nécessitait bien entendu la refonte de tout l'ordre du jour et le Président du Conseil remercia le 5 mars au soir, les rapporteurs qui avaient accepté de reporter la présentation de leur rapport à la session de juin.
Lundi 10 mars, le nom de Sigma Huda avait disparu de l'agenda remanié. Ironie du calendrier, le même jour, le groupe de travail sur les détentions arbitraires présentait son rapport et le représentant du Bengladesh, membre du Conseil ne manqua pas de faire des déclarations "bouleversantes" pour la protection des droits humains.

Est-ce un hasard si le rapporteur spécial sur les droits des migrants intégrait dans son rapport les questions relatives à la traite des personnes ?
Toujours est-il que les 10 et 11 mars, plusieurs ONG et gouvernements s'offusquèrent en coeur sur l'horreur de la traite des femmes et des enfants, certains se réjouissant du nouveau forum (UNG GIFT) mis en place pour lutter contre la traite, initié par les Emirats Arabes Unis.

Comment nos démocraties parviendront-elles à se regarder en face - en particulier la France membre du Conseil qui s'apprête à accueillir les célébrations du 60ème anniversaire - si jamais la rapporteure spéciale sur la traite de l'ONU Sigma Huda, cette grande figure du mouvement des femmes venait à mourir pour non assistance à experte de l'ONU en danger ?

Plusieurs femmes se sont mobilisées le 8 mars 2008. La CATW est sur la brèche depuis janvier 2007. Femmes Solidaires a engagé une campagne à ses côtés qui ne s'arrêtera pas là. Esperons que les associations droits humains et droits des femmes se mobiliseront à leur côté. Il en va de leur crédibilité.